AccueilClimatFacebook avoue que le "fact checking" des publications sur le réchauffement climatique...

Facebook avoue que le « fact checking » des publications sur le réchauffement climatique ne sont pas du tout factuelles, mais juste des opinions !

Facebook a admis devant un tribunal que ces fact checks ne sont pas du tout factuels, mais simplement des opinions.

Les gens m’envoient des trucs.

Comme nous l’avons déjà signalé, le journaliste John Stossel poursuit Facebook après que les  » fact checkers  » de Facebook ont qualifié de  » fausses et trompeuses  » les informations sur le changement climatique publiées par Stossel. Au milieu de tout cela se trouve le site web infâme « Climate Feedback », qui regroupe des fanatiques du climat qui rédigent ce qu’ils prétendent être des  » fact checks  » pour des articles, des vidéos et des reportages avec lesquels ils ne sont pas d’accord.

Facebook vient de démolir l’argument de la « vérification des faits » devant les tribunaux.

Dans sa réponse à la plainte pour diffamation de Stossel, Facebook répond à la page 2, ligne 8 du document judiciaire (téléchargeable ci-dessous) que Facebook ne peut pas être poursuivi pour diffamation (qui consiste à faire une affirmation fausse et préjudiciable) parce que ses  » fact checks  » sont de simples déclarations d’opinion plutôt que des affirmations factuelles.

Les opinions ne peuvent pas faire l’objet de plaintes pour diffamation, alors que les fausses affirmations factuelles peuvent faire l’objet de diffamation. La citation figurant dans la plainte de Facebook est la suivante,

« Les étiquettes elles-mêmes ne sont ni fausses ni diffamatoires ; au contraire, elles constituent une opinion protégée. »

Ainsi, devant un tribunal, dans un dossier juridique, Facebook admet que ses « vérifications de faits » ne sont pas vraiment des vérifications de « faits », mais simplement des « affirmations d’opinion ».

Cela me semble être un désastre en termes de relations publiques, et peut-être un désastre juridique imminent pour Facebook, PolitiFact, Climate Feedback et d’autres entités de gauche qui s’engagent dans la « vérification des faits » biaisée.

Il est maintenant démontré que ces « vérifications des faits » ne sont qu’un programme visant à supprimer la liberté d’expression et la discussion ouverte sur la science en déguisant l’activisme médiatique libéral en quelque chose de soi-disant factuel, noble, neutre, digne de confiance et basé sur la science.

Ce n’est rien de tout cela.

Voici le dépôt du tribunal :

Remparthttps://www.rempart-infos.com
Scruter, libérer, informer.
Articles connexe

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -

À la une

Commentaires récents