AccueilCOVIDGrande-Bretagne : Les confinements ne fonctionnent pas

Grande-Bretagne : Les confinements ne fonctionnent pas

Outre ses effets sur la santé, l'éducation et l'économie, le confinement représente la plus grande atteinte aux libertés civiles de l'histoire moderne. Ici et ailleurs, l'État a utilisé son monopole de la force pour interdire certaines des interactions humaines les plus fondamentales, comme le fait de prendre un repas entre amis. Cela en valait-il la peine ?

Pour répondre à cette question de manière exhaustive, nous devons savoir : dans quelle mesure la mortalité aurait été plus élevée en l’absence de confinement ; quels dommages le confinement a causés dans des domaines tels que la santé, l’éducation, l’économie et les libertés civiles ; et quelle valeur nous accordons à la prévention des décès par rapport à la prévention des dommages causés par le confinement. (Dans les analyses coûts-avantages, la valeur est généralement quantifiée en unités monétaires, comme les livres [£]).

Ni les coûts ni les avantages du confinement ne sont simples à estimer. Une façon d’estimer les avantages est de supposer que chaque année de vie sauvée « vaut » 30 000 livres sterling, ce qui correspond au montant que le NHS est prêt à payer pour prolonger la vie d’un patient d’un an. Les analyses qui ont adopté cette approche ont montré que les coûts des mesures de confinement en Grande-Bretagne ont largement dépassé les avantages. Cependant, on peut toujours ergoter sur leurs hypothèses.

Un autre problème est de spécifier le contrefactuel. Le confinement peut ne pas sembler trop mauvais par rapport au contrefactuel consistant à ne rien faire. Mais que se passerait-il si, au lieu de « laisser le virus se déchaîner », nous avions essayé une protection ciblée – la stratégie décrite dans la Déclaration de Great Barrington. Dans ce cas, les avantages attendus du confinement seraient beaucoup plus faibles.

Je suis convaincu qu’une stratégie de protection ciblée bien exécutée aurait pu sauver autant ou plus de vies que le confinement. Toutefois, supposons, pour les besoins de l’argumentation, que la mortalité aurait été deux fois plus élevée en cas de protection ciblée. Remarque : cela semble très improbable, étant donné que la Suède a en fait connu une surmortalité moindre que le Royaume-Uni, et même que la plupart des autres pays d’Europe.

Je dirais que non. Bien que 1,1 an soit une variation importante d’une année sur l’autre, elle ne nous ramène que 12 ans en arrière en termes d’augmentation de l’espérance de vie. En d’autres termes, pour trouver une année où la mortalité était aussi élevée qu’en 2020, il suffit de remonter à 2008. Je me souviens de l’année 2008 ; elle n’était pas remplie de gros titres sur des taux de mortalité faramineux. Mis à part la crise financière, les gens continuaient à vivre leur vie.

La baisse indiquée dans ce graphique correspond à une estimation antérieure de 1,3 an.

Qui plus est, 1,1 an représente moins de la moitié de la différence d’espérance de vie entre l’Écosse et l’Angleterre. En d’autres termes, chaque année, l’Écosse a une pandémie de mortalité de plus que l’Angleterre. Et pourtant, nous n’en faisons pas tout un plat. (L’Écosse connaît même une migration intérieure nette en provenance du reste du Royaume-Uni).

Ce tableau concerne les hommes ; les différences entre les femmes sont légèrement plus faibles.

Supposons qu’au début de l’année 2020, le gouvernement ait déclaré : « Afin d’empêcher la mortalité de tomber au niveau de l’Écosse, nous allons entreprendre la plus grande atteinte aux libertés civiles de l’histoire moderne. Grâce à nos mesures, elle ne tombera au contraire qu’au niveau du Pays de Galles. » Je soupçonne que le soutien du public pour le confinement aurait été beaucoup plus faible. Bien sûr, le gouvernement ne le savait pas à l’avance, mais vous comprenez ce que je veux dire.

Pour répéter, je considère qu’il est hautement improbable que la mortalité aurait été deux fois plus élevée sous une protection ciblée. Tout au plus, elle aurait pu être 20 ou 30 % plus élevée. Et pourtant, même en faisant cette hypothèse irréaliste, il est difficile de croire que le confinement en valait la peine.

SourceNoah Carl
Remparthttps://www.rempart-infos.com
Scruter, libérer, informer.
Articles connexe

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -

À la une

Commentaires récents