AccueilCOVIDNovak Djokovic : Athlète, rebelle, héros

Novak Djokovic : Athlète, rebelle, héros

Je voulais prendre un moment pour rendre hommage à Novak Djokovic et à son héroïsme à défier le régime covidien, en prêtant son énorme notoriété et statut aux millions de personnes dans le monde qui ont été privées de leurs droits inaliénables au nom d’un virus.

On ne le dirait pas en le regardant mais « Djoker » a une histoire étonnante, qui l’a mené de la misère à la richesse, et il est bien conscient de la façon dont les gouvernements peuvent causer de grandes souffrances humaines. Ayant grandi dans un Belgrade déchiré par la guerre, Djokovic a dû apprendre à jouer au tennis entre deux bombardements. Loin d’être un prodige à la cuillère d’argent, il a dû défier des obstacles incroyables pour obtenir un minimum de succès, et pourtant il est devenu l’un des plus grands athlètes de tous les temps.

Ce qui différencie Djokovic des autres athlètes professionnels concernant la question de la folie COVID, c’est à la fois son statut de plus grand joueur du monde et la constance avec laquelle il s’est exprimé contre le régime face au COVID. Depuis le premier jour, cet homme mène le bon combat, mais la nouvelle n’a atteint l’attention internationale que jusqu’à présent.

Djokovic est resté inflexible dans son opposition publique face à la pression gouvernementale sous forme de restrictions COVID
draconiennes et pass vaccinaux. Il l’a fait en dépit d’un examen approfondi à tous les niveaux.

Dès avril 2020, plusieurs mois avant la distribution massive de vaccins COVID, Djokovic s’exprimait déjà sur la perspective future des pass vaccinaux.

Je ne suis pas un expert, mais je veux avoir la possibilité de choisir ce qui est le mieux pour mon corps. Je garde l’esprit ouvert et je vais continuer à faire des recherches sur ce sujet, car il est important et nous concerne tous.

Novak Djokovic

À quelques jours de l’Open d’Australie, le 20e champion du Grand Chelem (et 9 fois champion de l’Open d’Australie) a fait monter la pression. Il poursuit son combat en Australie, en affrontant les forces d’une société qui s’est transformée en quelque chose ressemblant à un État Policier.

Mardi, le plus grand champion de l’Open d’Australie a tenu à montrer qu’il n’allait pas s’incliner devant le régime australien COVID, qui discrimine les « non-vaccinés », en créant une Société Sécuritaire à deux niveaux.

Bonne année ! Je vous souhaite santé, amour et joie à chaque instant et que vous ressentiez de l’amour et du respect envers tous les êtres de cette merveilleuse planète.

J’ai passé des moments fantastiques avec mes proches pendant les vacances et aujourd’hui je pars en Australie avec une autorisation d’exemption. C’est parti pour 2022 !

Djokovic doit faire face aux moqueries des médias, des gouvernements puissants et même de ses propres collègues professionnels.

Pourtant, il n’est pas sans défenseurs. La famille de l’homme a suscité une incroyable prise de conscience des conditions punitives auxquelles il est exposé par le gouvernement australien.

Il nous rappelle un sportif légendaire particulier du passé, un homme qui partage son statut de l’un des plus grands athlètes professionnels de tous les temps. Bien sûr, il n’y a pas de parallèles parfaits, mais il y a un homme qui, il n’y a pas si longtemps, a pris une position publique extrêmement importante (mais profondément impopulaire à son époque) dans la lutte pour l’humanité.

Cet homme est le regretté Muhammad Ali, « le champion du peuple », qui, en son temps, exilé de la boxe, a dû faire face à une énorme hostilité de la part de toutes les couches de la société. Le refus d’Ali de s’engager dans les services armés et sa contestation pure et simple de l’appel sous les drapeaux ont fait l’objet de critiques sévères, voire d’insanités. Son rejet franc de la guerre au Viêt Nam et sa remise en cause explicite du statu quo en matière de droits civiques aux États-Unis ont contribué à exaspérer ces forces.

Les médias ont fait de lui un monstre. Le gouvernement américain l’a persécuté. Il a été étiqueté comme dépravé sur le plan éthique. Il a été privé de sa capacité à gagner sa vie pendant une grande partie de l’apogée de sa carrière sportive. Face à une cruauté et une haine sans fin, Ali n’a jamais faibli.

Ce n’est que des années, ou plutôt des décennies plus tard, que la lutte d’Ali contre le système a été universellement reconnue comme un effort noble.

Félicitations à Novak Djokovic pour avoir mené le bon combat et porté le flambeau. En utilisant sa notoriété pour défendre les droits de chaque individu contre les forces de la tyrannie étatique, il est le nouveau champion du peuple.

Remparthttps://www.rempart-infos.com
Scruter, libérer, informer.
Articles connexe

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -

À la une

Commentaires récents