AccueilCOVIDTrois nouvelles études révèlent une efficacité négative pour deux doses de vaccin...

Trois nouvelles études révèlent une efficacité négative pour deux doses de vaccin : les vaccinés sont plus susceptibles d’être infectés que les non vaccinés !

Alors que trois études supplémentaires montrent une efficacité négative des vaccins, quand les autorités sanitaires feront-elles face à ce que les données nous disent ?

Ces deux dernières semaines, trois nouvelles études ont révélé une efficacité négative de deux doses de vaccin, ce qui signifie que les personnes vaccinées sont plus susceptibles d’être infectées que les personnes non vaccinées. Il s’agit de résultats d’études, et non de données brutes, qui ont donc été corrigés pour tenir compte de divers biais et facteurs de confusion, ce qui rend plus difficile de les considérer comme anormaux ou biaisés.

La première étude est une étude pré-imprimée du Danemark, publiée le 23 décembre, qui a examiné presque toutes les infections de SRAS-CoV-2 positives par PCR au Danemark entre le 20 novembre et le 12 décembre et les a étudiées pour voir si elles étaient susceptibles d’être du variant Omicron. En comparant le statut vaccinal des personnes infectées, les chercheurs ont constaté que l’efficacité du vaccin contre le variant Omicron était de moins 76,5 % pour Pfizer et de moins 39,3 % pour Moderna trois mois après la double vaccination (voir graphique ci-dessus), ce qui signifie que les personnes doublement vaccinées étaient beaucoup plus susceptibles d’être infectées que les personnes non vaccinées. Ils ont constaté que l’efficacité du vaccin contre Omicron était nettement inférieure à celle contre Delta, l’efficacité du vaccin Pfizer étant de 53,8 % et Moderna de 65 % contre Delta après trois mois. Ils ont indiqué qu’une troisième dose de Pfizer permettait de faire remonter l’efficacité du vaccin contre Omicron à 54,6 %, au moins pendant un mois. Les résultats complets figurent dans le tableau ci-dessous.

hansen et al.
Hansen et al.

La dernière étude sur l’efficacité des vaccins réalisée par l’UKHSA confirme ces résultats. Contre Omicron, l’UKHSA rapporte une efficacité vaccinale nulle ou négative d’une double dose des trois vaccins (AstraZeneca, Pfizer et Moderna) après cinq mois. La troisième dose la fait remonter, mais seulement dans la fourchette de 40 à 60 %, et elle chute rapidement.

AstraZeneca
AstraZeneca
Pfizer
Pfizer
Moderna
Moderna

Une nouvelle étude norvégienne parue dans Eurosurveillance confirme également l’observation d’une efficacité négative du vaccin contre Omicron, une plus grande proportion de ceux qui ont été testés positifs dans le foyer particulier de l’étude étant doublement vaccinés que ceux qui n’ont pas été testés positifs (98 % contre 93 %).

Certaines études avaient déjà révélé une efficacité négative du vaccin contre Delta, conformément aux chiffres non ajustés de l’UKHSA, bien que de nombreuses personnes aient considéré ces résultats comme anormaux ou biaisés. Avec Omicron, il devient impossible d’ignorer les rapports d’efficacité négative, l’UKHSA ayant même publié des graphiques montrant cette efficacité après trois mois avec deux doses. À un moment ou à un autre, les autorités sanitaires vont devoir s’attaquer à ce que les données montrent sur ce sujet et cesser de prétendre qu’il n’y en a pas.

Remparthttps://www.rempart-infos.com
Scruter, libérer, informer.
Articles connexe

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -

À la une

Commentaires récents