AccueilCOVIDUn documentaire révèle comment le FBI a essayé de détruire Martin Luther...

Un documentaire révèle comment le FBI a essayé de détruire Martin Luther King avec des écoutes téléphoniques et du chantage

Depuis la marche sur Washington en 1963 jusqu'à son assassinat en 1968, le FBI s'est engagé dans une intense campagne visant à discréditer Martin Luther King Jr. et son œuvre. Le réalisateur Sam Pollard retrace ces efforts dans le nouveau documentaire MLK/FBI.

« La première crainte que [le directeur du FBI J. Edgar Hoover] avait était que King s’aligne sur le parti communiste, que […] J. Edgar Hoover était obsédé par la destruction de ce parti », explique Pollard.

Le documentaire de Pollard est basé sur des dossiers récemment déclassifiés, obtenus grâce à la loi sur la liberté d’information, ainsi que sur des images d’archives restaurées. Il montre que le gouvernement a largement ciblé King et ses associés dans les années 1960.

La campagne du FBI contre King a commencé par des écoutes téléphoniques, mais a rapidement pris de l’ampleur. Lorsque les écoutes révèlent que King a des liaisons extraconjugales, le FBI se concentre sur la découverte de toutes les preuves de son infidélité en le mettant sur écoute dans ses chambres d’hôtel et en payant des informateurs pour l’espionner. Finalement, le FBI rédige et envoie à King une lettre anonyme, accompagnée de certains de leurs enregistrements, lui suggérant de se suicider.

En lisant la lettre, Pollard a été frappé par le fait qu’elle était présentée comme ayant été écrite par un proche de King.

Ils essayaient de faire croire que c’était non seulement un ancien associé, mais aussi un « Noir » qui avait écrit cette lettre », dit-il. « C’est censé être la police de la nation, qui est censée faire ce qui est juste, et c’est jusqu’où ils sont prêts à aller pour détruire un être humain ? C’est affreux. »

Pollard a remporté un Emmy Award et a été nominé aux Oscars. Son premier travail en tant que réalisateur a été pour Eyes on the Prize, une série documentaire révolutionnaire sur le mouvement des droits civiques. Il a également monté de nombreux films de Spike Lee, dont Jungle Fever, Mo’ Better Blues et When the Levees Broke.

Sur l’étendue de la surveillance de King par le FBI.

Ils se rendaient dans ces hôtels avant que King et ses associés n’y arrivent et ils étaient autorisés par la direction à placer des micros dans ces chambres et à avoir les chambres voisines, à proximité, où ils pouvaient écouter ce qui se passait lorsque King et ses associés prenaient ces chambres. Donc, c’était un assaut complet. Et comme le dit Chuck Knox, un ancien agent du FBI, chaque fois que King se rendait dans une nouvelle ville, le programme prévoyait que des agents du FBI se déplacent pour se rendre dans ces lieux, pour commencer à surveiller, à mettre sur écoute et à écouter tout ce qui se passait dans l’enceinte de ces chambres entre King et ses associés, les membres de la SCLC, la Southern Christian Leadership Conference.

Pourquoi Hoover voulait des enregistrements de l’infidélité de King

Il espérait ensuite la transmettre à la presse, qui la publierait et discréditerait le Dr King et sa réputation de ministre chrétien intègre à la tête du mouvement pour les droits civiques. Alors les gens diraient, « Oh, comme sa vie personnelle est horrible, comment pouvons-nous suivre cet homme ? » Maintenant, ce qu’il n’avait pas prévu, c’est que dans les années 60 … la presse n’a pas mordu à l’hameçon. … Ils n’ont pas révélé la vie personnelle de ces personnalités publiques. Ils ne l’ont pas fait avec John Kennedy, ils ne l’ont pas fait avec d’autres, et ils ne l’ont pas fait avec le Dr King.

Des informateurs du FBI travaillant au sein de la Southern Christian Leadership Conference.

Le plus célèbre est probablement Ernest Withers, le photographe, dont les photos … du mouvement des droits civiques sont considérées comme emblématiques aujourd’hui, en particulier sa photo « I am a Man ». Et de savoir qu’Ernest Withers, qui était très respecté par les membres du SCLC, le fait qu’il ait parlé au FBI m’attriste un peu. Mais c’était un jour de paie pour lui. Il ne gagnait pas beaucoup d’argent en prenant des photos, alors c’était pour se faire de l’argent supplémentaire. … Et ce que vous devez savoir, c’est qu’Andy Young et le Dr King savaient que Withers était payé par le FBI. De toute évidence, ils ne pensaient pas que c’était si dangereux qu’il leur donne des informations.

Pourquoi le cinéaste pense que l’assassinat de King faisait partie d’une vaste conspiration.

Chaque fois que King et ses associés se rendaient dans une nouvelle ville, le FBI était prêt à le suivre et à le surveiller, alors comment est-il possible… [pour] des agents surveillant constamment King dans des chambres d’hôtel voisines de ne pas être au courant de la présence de quelqu’un comme James Earl Ray avec un fusil qui va tirer sur le Dr King ? Cela n’a tout simplement aucun sens. Et Andrew Young m’a répondu qu’il ne croyait pas du tout que c’était James Earl Ray. Il est évident que quelque part, il y a eu une conspiration, [à laquelle] je pense personnellement que le FBI a participé, pour éliminer King. Je veux dire, ça n’a tout simplement pas de sens. … Et il doit y avoir un endroit dans des archives, dans des dossiers, dans une bande, où nous apprendrons la vérité réelle.

Comment l’opinion publique sur King et Hoover a évolué au fil du temps.

Au milieu des années 60, quand ils ont fait un sondage, … J. Edgar Hoover était plus populaire que le Dr. King. Dr. King n’était pas si populaire à l’époque. Je veux dire, certaines personnes pensaient qu’il détruisait le tissu de la démocratie américaine. En grandissant, j’avais regardé tous ces films sur le FBI… et je pensais qu’ils étaient les gentils et qu’ils étaient là pour éliminer les méchants, qu’il s’agisse de gangsters ou de communistes. Avec le recul, en voyant et en réalisant à quel point Hoover était populaire, il est intéressant de constater que King est devenu une figure emblématique, alors qu’il n’était pas aussi aimé par de nombreux Américains à l’époque.

Remparthttps://www.rempart-infos.com
Scruter, libérer, informer.
Articles connexe

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -

À la une

Commentaires récents